0Articles dans votre panier

Focs autovireurs

Toujours plus populaires, les focs autovireurs équipent de plus en plus de yachts, en installation d’origine. En effet, ils rendent la navigation au près bien plus simple et confortable.

On observe également une tendance à l’installation de focs autovireurs sur des bateaux anciens. L’opération est simple à réaliser, mais requiert une certaine préparation.

En fait, l’écoute de foc est guidée vers un chariot qui circule le long du bateau lors d’un virement de bord comme un chariot d’écoute de grand-voile.

Les rails peuvent être de différents types : droits le long du bateau, courbés avec les extrémités en avant ou courbés avec les extrémités vers le haut, inclinées vers l’avant. Dans tous les cas, l’objectif est de rendre le déplacement du chariot plus fluide et de réduire les variations de tension de l’écoute. Il peut être complexe de déterminer la courbure idéale. Pour obtenir de l’aide, contactez votre maître-voilier ou appelez-nous!

Il existe trois grandes méthodes pour mettre en place l’écoute :

1. Écoute transversale

Cette technique est simple, mais peut être coûteuse. Cette configuration peut également accroître le frottement au virement de bord, car l’écoute se déplace dans toutes les poulies du système. Il peut s’agir de la meilleure solution dans certains cas, mais il convient d’examiner les autres possibilités.

2. Écoute à l’avant

Avec ce système, l’écoute garde une tension relativement constante et ne se déplace pas dans toutes les poulies au virement de bord. La poulie (potentiellement une poulie encastrée) doit être positionnée au plus près du point d’amure de génois. Le défi consiste à renvoyer l’écoute jusqu’au cockpit. Cela peut se révéler complexe et engendrer un frottement important.

3. Passage de l’écoute en haut du mât

Rien de surprenant à ce que cette approche gagne en popularité. L’écoute passe en haut du mât, assez loin pour assurer une tension correcte au virement de bord. Elle est renvoyée vers le pont (de façon interne ou externe), puis vers le cockpit avec les autres cordages de pied de mât. L’écoute ne se déplace pas dans les poulies au virement de bord, ce qui minimise le frottement.

Remarques importantes:

Lors d’un empannage au portant, le chariot circule très rapidement sur le rail, venant frapper fortement l’embout.

Ceci peut endommager le chariot, l’embout, voire les deux. Pour éviter ce problème, ferlez le foc avant l’empannage, ou utilisez une sangle pour empêcher le chariot de frapper l’extrémité du rail.

Aux allures portantes, il est fréquent d’utiliser une autre voile, plus grande et plus profilée, avec le foc autovireur enroulé. Cette approche fait appel à un gennaker qui se trouve en avant du génois enrouleur.

Si vous optez pour un rail droit, l’écoute et/ou les bordures de foc présenteront du mou en milieu de virement de bord, avec une tension augmentant à mesure que le chariot s’approche de l’extrémité du rail. Ceci peut s’avérer utile, mais si l’écoute est trop rigide, le chariot n’atteindra jamais l’extrémité du rail. Cette situation n’est pas idéale.

L’utilisation de butées à piston pour limiter la course est souvent envisagée. Cependant, elle n’est pas nécessaire si les extrémités du rail sont bien positionnées.

Pour plus d’informations sur les systèmes de foc autovireur et les avantages qu’ils peuvent apporter, n’hésitez pas à contacter Harken.

 

Les systèmes de foc autovireur Harken incluent:

Référence Dimensions
2758.1.1M.20 20 mm
2758.1.1M.50 50 mm
2758.950MM.20 950 mm