0Articles dans votre panier

Découverte du laboratoire des tests de Harken Italie

Au cours du processus qui mène au développement des produits Harken, le passage dans la « testing room »  joue un rôle primordial. Les essais et tests sont poussés à leur limite pour garantir la durabilité et la fiabilité. Voici comment cela fonctionne.

Si nous devions nous risquer à une comparaison avec une banque, le laboratoire des tests de Harken Italie est le grand "caveau", l'endroit où est conservée "la valeur", le Trésor. Ce n'est pas une coïncidence si, au fil des années et de la croissance de Harken, le laboratoire d'essai a également augmenté en taille et en nombre de personnes qui y travaillent.

Et si au début, il s'agissait d'un espace volé à d'autres personnes censées faire des choses "plus importantes", il est ensuite devenu le lieu autour duquel tout a été conçu... voyons comment cela s'est passé.

10, 20, 100 Tonnes...

Dans les années 70, Harken Italie n'existait pas encore, c'était Barbarossa, basée à Lomazzo. L’entreprise était détenue par les frères Bassani. Il n'y avait pas encore de véritable tradition de design nautique dans le monde des winchs. Ce n'est pas un hasard si le designer en chef de Barbarossa, Luciano Bonassi, venait du BTP et des engins de travaux. À l'époque, il s'agissait simplement de "produire de la force", d'inventer des transmissions et des réductions. Puis nous avons appris qu'il fallait se frotter au monde marin, pour comprendre ce qui se passait réellement à bord. Le laboratoire d'essai est né pour essayer de simuler cet environnement, pour anticiper ce qui aurait pu devenir des problèmes réels.

Les frères Bassani ont décidé d'investir massivement dans cette direction, de faire quelque chose d'absolument nouveau pour l'époque. Le premier banc d'essai est donc arrivé : il était plutôt court, avec une simple cellule de charge et une corde à étirer (qui était également très courte, les résultats étaient encore très approximatifs).  Charge maximale, à peine 10 tonnes !

Dans les années 80, Barbarossa deviendra Harken Barbarossa et ne cessera de croître, au point de nécessiter un nouveau siège. Dans la seconde moitié des années 90, Barbarossa déménage à Lurago Marinone et un nouveau laboratoire voit le jour, non plus "coupé" des autres espaces, mais proche du bureau d'études et beaucoup plus grand. Il n'y a plus une seule personne qui y travaille, mais quatre. Le banc est beaucoup plus long, l'élasticité à mesurer devient beaucoup plus importante et on utilise des instruments de mesure électroniques. Une collaboration avec l'école polytechnique de Milan commence également.

Le siège de la valeur...

Dans les années 2000, on commence à penser à construire une nouvelle usine plus grande pour Harken. En 2008, le siège actuel est construit à Limido Comasco.

Nous avons acheté un terrain et avons réfléchi en premier lieu à l'endroit où placer le laboratoire d'essai. Le centre de tout. La chambre forte. L’endroit où la connaissance théorique rencontre la réalité. Et nous souhaitions construire un centre d'essai innovant et futuriste.

Non seulement beaucoup plus grand, mais avec un meilleur contrôle de l'élasticité et une plus grande précision des mesures. L'instrumentation électronique de contrôle devient beaucoup plus sophistiquée, tout comme les capteurs de charge. La fiabilité et la productivité sont accrues, avec une charge maximale de 20 tonnes. Mais ce n'est toujours pas suffisant.

En 2015, la demande d'équipements commence à devenir plus importante et plus exigeante. Le laboratoire d'essai de Harken Italie a dû empiéter sur une partie de la zone de production : le T-Rex est arrivé, un banc de 100 tonnes, pour étudier les applications jusqu'à 70 tonnes. Avec ce tonnage, il n'était plus concevable d’utiliser des cordages, nous avons donc opté pour l'hydraulique, avec une course de vérin de 5 mètres.

Dernièrement, de plus en plus de demandes sont arrivées pour des grands winchs captifs électriques et nous avons donc ajouter à la structure hydraulique, une centrale électrique qui prend l'énergie sur la ligne des machines-outils et peut la transformer en courant alternatif ou continu dans toutes les tensions nécessaires pour pouvoir mettre en action tous les types de moteurs et d'applications.